Biographie   
 

PORTRAIT BIOGRAPHIQUE DU PÈRE JACQUES ALBERIONE
FONDATEUR DE LA FAMILLE PAULINIENNE

Brosser le portrait d’une personne, même de façon succincte et à partir de données biographiques essentielles, c’est toujours une tâche difficile. Nous ne sommes pourtant pas dépourvus puisque le Père Jacques Alberione (1884-1971) nous offre une précieuse clé de lecture de son itinéraire humain et spirituel.

La "double" histoire d'un homme de Dieu

En effet, en 1953, à l’occasion du 40ème anniversaire de la fondation de la Famille Paulinienne, le père Albérione, alors âgé de 70 ans, soulève discrètement le voile sur son cheminement. Il écrit: "Si, par considération pour vous, votre fondateur acceptait de rapporter quelques souvenirs utiles à la Famille Paulinienne, il devrait raconter une "double histoire". La première serait celle des miséricordes divines, qui lui font entonner le beau chant du "Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur terre aux hommes qu’Il aime". Le seconde serait l’humble histoire de son infidélité face à la surabondance de l’amour divin; cette seconde histoire l’amène à composer, cette fois, un douloureux Miserere (Prends pitié, Seigneur) pour ses nombreux péchés, offenses et négligences." (AD 1)

Cette double histoire commence à San Lorenzo di Fossano (Cuneo) où est né Giacomo Alberione, le 4 avril 1884. Il est baptisé le lendemain, dans la chapelle dédiée à San Lorenzo (Saint Laurent). La famille Alberione est composée du père, Michele, de la mère, Teresa, et des trois frères aînés, Giovenale, Francesco et Giovanni. Après Giacomo (Jacques), naîtront une petite fille décédée dans sa première année de vie, et un autre garçon, Tommaso. Les Alberione sont une famille de pauvres paysans, profondément religieuse et laborieuse, où la foi, le travail et la confiance en la Providence sont les valeurs premières.

Le projet de Dieu sur Jacques se dessine tôt. Dès sa première année d’école primaire, l’enfant, interrogé au sujet de son avenir par l’enseignante Rosa Cardona, répond avec détermination: "Je deviendrai prêtre!"

Ce projet donne sens à ses années de jeunesse. La famille Alberione habite maintenant la région limitrophe de Cherasco, dans la paroisse Saint Martin du diocèse d’Alba. Le curé, l’abbé Montersino, aide le jeune homme à approfondir l’appel du Seigneur et à y répondre. C’est ainsi qu’à 16 ans, Jacques entre au Séminaire d’Alba. Il fait immédiatement la rencontre de celui qui sera, pendant 46 ans, un père, un guide, un ami et un conseiller: le chanoine Francesco Chiesa.

Faire "quelque chose" pour le Seigneur et pour les hommes du nouveau siècle

À la fin de l’Année Sainte 1900, déjà fortement interpellé par l’encyclique du pape Léon XIII, Tametsi futura, Jacques répond à l’appel de la grâce divine. Dans la nuit du 31 décembre 1900, date charnière entre le 19e et le 20e siècle, il fait une veillée de prière de quatre heures devant le Saint Sacrement, dans la cathédrale d’Alba. Selon ses propres mots, éclairé par une "lumière spéciale" venant du Saint Sacrement, il se sent "fortement appelé à faire quelque chose pour le Seigneur et l’humanité du siècle nouveau", "poussé à servir l’Église" par les nouveaux moyens de communication. Le père Alberione rappellera constamment à ses fils et filles l’origine eucharistique de la mission paulinienne: "Vous êtes nés du Tabernacle, de l’Eucharistie!".

L’itinéraire spirituel du jeune Alberione se poursuit avec intensité durant ses années d’étude en philosophie et théologie, qui le préparent à l’ordination sacerdotale. Celle-ci a lieu le 29 juin 1907. Il fait ensuite une brève et décisive expérience pastorale comme vicaire à Narzole (Cuneo), dans la paroisse Saint Bernard. Durant la courte période de son ministère paroissial, il rencontre le jeune Joseph Giaccardo qui deviendra son premier collaborateur dans la Société Saint-Paul, à l’instar de Paul et Timothée. À Narzole toujours, le père Alberione mûrit sa réflexion sur le rôle de la femme engagée dans l’apostolat.

Puis ce sont les années d’enseignement et de direction spirituelle au Séminaire d’Alba. Le jeune prêtre prie beaucoup, étudie, et il se rend disponible pour la prédication, la catéchèse et les conférences dans les paroisses du diocèse. Ses lectures lui permettent d’approfondir sa compréhension de la société et de l’Église de son temps, ainsi que des nouveaux besoins et des changements qui pointent à l’horizon.

Mais le Seigneur lui réserve une mission spéciale, totalement originale dans ses moyens et ses structures: annoncer l’Évangile à tous les peuples, dans l’esprit de l’apôtre Paul, c’est-à-dire annoncer à tous l’amour de Dieu, par les moyens modernes de communication. Deux livres du père Alberione, publiés durant cette période de sa vie, témoignent d’une telle orientation: Appunti di teologia pastorale (Notes de théologie pastorale), en 1912, et La donna associata allo zelo pastorale (La femme associée au ministère pastoral), commencé en 1911 et publié en 1915.

En 1910, le père Alberione franchit un autre pas dans la compréhension de la mission qu’il a reçue du Seigneur. Il en vient à la conclusion qu’elle consiste à donner le Christ au monde et qu’elle doit s’appuyer sur un groupe de personnes consacrées: "Les œuvres de Dieu se font avec les hommes et les femmes de Dieu", répétera-t-il souvent.

La mission se concrétise: évangéliser avec les moyens modernes

En réponse à l’appel de Dieu et par fidélité à l’Église, le 20 août 1914, jour du décès du pape Pie X, l’œuvre de la Famille Pauliniennedu père Alberione commence officiellement à Alba, avec la fondation de la Société Saint-Paul. Les choses se passent de manière simple et modeste: en tant qu’instrument de Dieu, le père Alberione se laisse guider par la pédagogie divine qui aime "toujours commencer à la crèche", dans le silence et l’effacement.

L’humanité, première préoccupation du père Alberione, se compose de frères… et de sœurs. Le jeune fondateur est conscient du rôle important de la femme dans l’apostolat. La première femme à se joindre à lui vient de Castagnito (Cuneo); c’est une jeune femme dans la vingtaine, Thérèse Merlo. Avec sa collaboration, le père Alberione va fonder la Congrégation des Filles de Saint-Paul (1915). Lentement, mais sûrement, au milieu de mille difficultés, la "Famille" s’agrandit, les vocations augmentent et l’apostolat prend forme.

En décembre 1918, c’est le départ des premières "filles" pour Susa: commence alors une histoire courageuse, remplie de foi et d’enthousiasme, qui donnera naissance à un style spécifique, le style "paulinien". La chronologie de ces années est facilement repérable; quelle longue route, quel chemin parcouru! Dieu est présent et il envoie des signes évidents qu’il est à l’origine de la Famille Paulinienne.

Mais, en juillet 1923, un sombre événement risque d’étouffer ce rêve naissant. Le père Alberione tombe gravement malade, et le diagnostic médical ne laisse aucun espoir. Puis voilà que, contrairement aux prévisions, le malade retrouve la santé et reprend sa route: "Saint Paul m’a guéri", dira-t-il plus tard. Dès lors, dans les chapelles de toutes les maisons de la Famille Paulinienne, figureront les mots que le Divin Maître révèle en rêve au père Alberione: "Ne craignez pas – Je suis avec vous – D’ici je veux illuminer – Ayez le regret de vos péchés."

En 1924, la deuxième Congrégation féminine voit le jour: les Sœurs Disciples du Divin Maître, vouées à l’apostolat eucharistique, sacerdotal et liturgique. Le fondateur désigne la jeune Orsola Rivata comme première supérieure de la nouvelle Congrégation.

Entre-temps, le père Alberione, toujours inspiré par le souci apostolique, pense aux moyens les plus efficaces pour s’adresser au monde de son temps, à ceux et celles qui cherchent. Il a l’intuition qu’en plus des livres, les magazines seraient un autre moyen efficace d’annoncer l’Évangile. En 1912, Vita Pastorale, un mensuel destiné aux prêtres et aux agents et agentes de pastorale avait été créé, afin "que chaque "pasteur" soit un Pastor bonus, modelé sur Jésus Christ…"; en 1931 paraît Famiglia cristiana, un hebdomadaire pour la famille. En 1933, Madre di Dio "pour révéler aux âmes la beauté et la grandeur de Marie"; en 1937, Pastor bonus, mensuel en langue latine qui aborde des sujets de pastorale et présente une réflexion approfondie à caractère biblique et théologique; en 1952, Via, Verita e vita, un mensuel destiné à la diffusion de la doctrine chrétienne; en 1952, La Vita in Cristo e nella Chiesa, dont l’objet est de "faire connaître les trésors de la Liturgie, la promouvoir pour mieux en vivre, dans l’esprit de l’Église…" Le père Alberione pense aussi aux jeunes: pour eux il publie Il Giornalino, un magazine bi-mensuel.

Puis il fait le projet de construire, à Alba, une église dédiée à Saint Paul, soulignant ainsi le lien étroit entre la mission paulinienne et le grand apôtre missionnaire. Suivra la construction de deux autres églises dédiées à Jésus Maître (Alba et Rome) et celle du Sanctuaire de Marie Reine des Apôtres (Rome).

Son souci est de guider, former et orienter les frères et les sœurs en leur donnant l’exemple de son propre engagement dans la vie et dans la mission paulinienne.

De Alba au monde: comme Paul, toujours en chemin

En 1926, commence l’"exode" d’Alba avec l’ouverture de la maison de Rome, qui sera suivie de nombreuses fondations ailleurs en Italie et à l’étranger. En même temps se consolide l’édifice spirituel: les fils et les filles du "Premier Maître" approfondissent et assimilent la spiritualité et le sens des "dévotions" spécifiquement pauliniennes: "Jésus Maître et Pasteur, Voie, Vérité et Vie", "Marie, Mère, Maîtresse et Reine des Apôtres", et "Saint Paul, apôtre, missionnaire et communicateur". Ces "dévotions" caractérisent la Famille Paulinienne au sein de l’Église.

Le but que le fondateur indique à tous et à toutes, leur premier "engagement", c’est la pleine configuration au Christ: accueillir le Christ total, Voie, Vérité et Vie dans tout son être: intelligence, volonté, cœur, forces physiques. Cette orientation est codifiée dans un livret des années 30 intitulé Donec formetur Christus in vobis (Pour une configuration au Christ).

En octobre 1938, le père Alberione fonde la troisième Congrégation féminine: les Sœurs de Jésus Bon Pasteur (Pastourelles), dont la vocation consiste à assister les prêtres dans la pastorale paroissiale. La deuxième guerre mondiale (1940-1945), marque une pause; mais le Premier Maître, immobilisé de force à Rome par les circonstances, n’arrête pas son cheminement spirituel. En attendant le retour de conditions propices à son apostolat, il accueille de façon toujours plus radicale la lumière de Dieu dans un climat grandissant d’adoration et de contemplation.

Ainsi, le père Alberione offre à ses fils et à ses filles une large série d’écrits spirituels. Nous n’en mentionnerons que deux: Via humanitatis (1947), une relecture du cheminement de l’humanité dans l’optique mariale (per Mariam, in Christo et in Ecclesia: par Marie, dans le Christ et en Église ) et une œuvre inachevée: le Projet d’une encyclopédie sur Jésus Maître (1959).

C’est à la fin de 1945 que le père Alberione peut reprendre le bâton du pèlerin: il voyagera autour du monde pour rencontrer et encourager ses fils et ses filles. L’Extrême-Orient l’impressionne: l’Inde, la Chine, les Philippines… des multitudes, des milliards de personnes… Mais combien connaissent Jésus Christ? La devise d’Alberione est: "Se tourner vers l’avenir! Ne pas penser à ce qui est accompli, mais à ce qui reste à accomplir."

Les années 1950 et 1960 sont celles de la consolidation de la Famille Paulinienne, caractérisée par un essor généralisé: vocations, fondations, éditions, projets divers, formation professionnelle. En 1954, la Famille Paulinienne célèbre le 40ème anniversaire de sa fondation. Le livre intitulé Mi protendo in avanti (Tendu vers l’avant) en raconte l’histoire. À cette occasion, le père Alberione, habituellement si discret sur sa vie et sa vocation, rédigera, à l’intention de ses fils et de ses filles, un précieux document intitulé Abundantes divitiæ gratiæ suæ (L’incomparable richesse de sa grâce), considéré comme l’"histoire charismatique de la Famille Paulinienne".

Avec la fondation de la quatrième Congrégation féminine, l’Institut Reine des Apôtres pour les vocations (1959), et les Instituts agrégés Saint Gabriel Archange, Marie de l’Annonciation, Jésus Prêtre, et Sainte Famille, le grand "arbre" de la Famille Paulinienne voulue par Dieu, atteint sa maturité.

Le père Alberione est maintenant le guide charismatique d’environ 10,000 personnes, y compris les Coopérateurs pauliniens, animées du même idéal de sainteté et d’apostolat: établir le règne de Jésus Maître Voie, Vérité et Vie dans le monde, par les moyens de communication sociale.

De l'Église du Concile à celle céleste

Durant les années 1962-1965, le Premier Maître est un protagoniste silencieux et très attentif du Concile Vatican II puisqu’il participe quotidiennement à ses quatre sessions. Le 4 décembre 1963, le décret conciliaire Inter Mirifica sur les instruments de communication sociale comme outils d’évangélisation est proclamé; c’est un jour de grande joie pour la Famille Paulinienne! Voici le commentaire du père Alberione: "Maintenant vous ne pouvez plus douter. L’Église a parlé." Et encore: "Ce que j’ai trouvé de mieux et de plus efficace pour l’évangélisation, je vous l’ai donné."

Entre-temps, les souffrances et les épreuves ne manquent pas. Parmi elles, la mort de ses premiers fils et filles: en 1948, celle de Timothée Giaccardo, son fidèle bras droit, proclamé Bienheureux en 1989. Puis, Sœur Tecla Merlo, première supérieure générale des Filles de Saint-Paul meurt à son tour en 1964.

Le secret du dynamisme apostolique du père Alberione a été, indéniablement, sa vie intérieure qui lui a permis d’être un instrument docile entre les mains de Dieu, réalisant en sa personne le mot de l’apôtre Paul: "Ma vie c’est le Christ." Le Christ Jésus, tout spécialement le Christ eucharistique, a été la grande passion du père Alberione: "Notre spiritualité est d’abord eucharistique. Tout vient du Maître Divin. Ainsi, la Famille Paulinienne est née du Tabernacle. Elle se nourrit, vie, œuvre et se sanctifie par l’Eucharistie; d’elle vient la sainteté et l’apostolat."

Le Vénérable père Alberione s’est éteint à l’âge de 87 ans, le 26 novembre 1971. Ses derniers moments ont été réconfortés par la visite et la bénédiction du pape Paul VI qui n’a jamais cessé de l’admirer et de le vénérer. Les pauliniens et pauliniennes se rappellent avec émotion l’estime que le pape Paul VI vouait à leur fondateur. Dans une mémorable audience accordée au père Alberione et à un groupe nombreux de ses fils et de ses filles, le 28 juin 1969, le pape s’exprimait ainsi:

Le voilà: humble, silencieux, infatigable, toujours vigilant, toujours recueilli dans ses pensées, passant de la prière à l’action, toujours attentif à saisir les "signes des temps", c’est-à-dire les moyens les plus efficaces de communiquer avec les humains; notre cher père Alberione a donné à l’Église de nouveaux instruments pour s’exprimer, de nouveaux moyens pour donner vigueur et rayonnement à son apostolat, une nouvelle conscience de sa mission pour l’évangélisation au moyen des médias de masse. Permettez, cher père Alberione, que le pape se réjouisse de votre long, fidèle et inlassable travail, et des fruits qu’il a produits pour la gloire de Dieu et le bien de l’Église.

Le 25 juin 1996, le Saint-Père Jean-Paul II signait le Décret reconnaissant l’héroïcité des vertus du père Alberione, et de ce fait, lui attribuait le titre de Vénérable.

P. Luigi (Gino) Valtorta, ssp
Postulateur Général de la Famille Paulinienne
   

Cronologia della vita  
Bigliografia

 

trasp.gif (814 byte)


 

trasp.gif (814 byte)

Pagine del sito... en français       in english      en español  
Updated - Rome  01.02.2007 09.02

© Famiglia Paolina - Pauline Family - Familia Paulina
 Any suggestion to information.service@stpauls.it
The best view with Internet Explorer 800 x 600 pixel   

trasp.gif (814 byte)
Biografia
  Profilo biografico 
  di Don Alberione 

 
in english
en español
en français
in chinese
   
 
Cronologia della vita
  Bibliografia 
 
Il miracolo

 Il miracolo
 per la Beatificazione


in english
en español
en français
in chinese

Verso
  la beatificazione

 Decreto Beatificazione

Le fondazioni

  Presentazione
  della Famiglia Paolina 

in english
en español

 

La FP in cifre

  Statistiche sulla presenza
  della Famiglia Paolina

in english
en español
en français
  
 I Periodici e centri
 I siti internet della FP 

 

In preghiera
  con Don Alberione

  Alcune preghiere formulate
  da Don G. Alberione

in english
en español
en français